Devant le développement d’un incendie, le gaz doit être injecté rapidement pour étouffer l’incendie, et sa concentration d’inertage maintenue pour assurer l’extinction et le refroidissement des surfaces chaudes qui pourraient générer une réinflammation.

L’étanchéité du volume à protéger est un élément essentiel à assurer. Certaines applications ne sont pas compatibles avec l’extinction gaz, comme les data centers en free-cooling. D’autres applications, comme dans le nucléaire la ventilation doit être maintenue en cas d’incendie, nécessitent une ingénierie spécifique.

Deux types d’application existent :

Protection d’un volume étanche (par exemple, d’une salle informatique).

Protection locale (par exemple, d’une armoire électrique).

Différents types de gaz peuvent être utilisés :

  • Gaz dits chimiques (Novec, FM 200…), qui agissent sur le processus de combustion
  • Gaz neutres (argon, azote…) qui agissent par étouffement.
  • Dioxyde de carbone, particulièrement efficace, mais qui se trouve être le plus dangereux pour la sécurité des personnes.

Vu la dangerosité du gaz, les personnels doivent être évacués de la pièce avant le déclenchement de l’installation. Des systèmes d’alarmes et une temporisation sont mis en œuvre. La qualité de la formation des personnels est essentielle à cet égard.