Audits trentenaires d’installations sprinkler

graphique

Selon la règle R1 de l’APSAD (édition mars 2015) : « Un système sprinkler doit être remis en conformité tous les 30 ans avec la dernière règle en vigueur ». La date de référence est celle de la mise sous eau des réseaux.

Cette remise en conformité trentenaire de l’installation sprinkler est précédée d’une phase d’audit (dite audit sprinkler) durant laquelle le bureau d’étude procède à l’analyse qui se décompose, dans les grandes lignes, de la manière suivante :

  • évaluation du risque à protéger
  • détermination des exigences hydrauliques du système sprinkler
  • détermination par calcul hydraulique de ce que le système sprinkler peut délivrer
  • évaluation de la conformité du sprinkler aux règles d’installation
  • évaluation de la corrosion du réseau par un mélange d’analyses destructives et non destructives
  • évaluation de la conformité des sources
sprinkler

Cette phase d’analyse permet de déterminer l’ensemble des travaux de remise en conformité à effectuer.

Seule une analyse précise et indépendante du réseau sprinkler permet de dégager des économies substantielles sur les travaux à effectuer.

Selon la règle R1 de l’APSAD, elle doit être entreprise à partir de la 25ème année, de façon à aboutir à une conformité du système à échéance des 30 ans.

Les mesures de corrosion et d’embouage des installations sprinkler sont réalisées de façon non destructive mais également par manchettes par Ultrametrix, société soeur de SPK.

Au cours de la révision sprinkler, SPK intègre systématiquement les référentiels alternatifs applicables tels que la norme EN 12845 et la règle NFPA pour aboutir aux solutions présentant le meilleur rapport prix/performance.

A noter que bien que le concept ait pris son origine dans la règle R1 sprinkler de l’APSAD, un audit trentenaire est fréquemment demandé par les autorités compétentes pour d’autres référentiels sprinkler, tels que la NFPA, les règles FM ou la norme NF EN 12845 pour les ERP. Le périmètre de l’audit peut alors être réduit à des zones à risque spécifique.

La norme NF EN 12856, fortement inspirée de la règle R1 de l’APSAD, ne recommande qu’une évaluation de la corrosion et de l’embouage des réseaux ainsi que du bon fonctionnement des têtes de sprinkler. Toutefois, de nombreux audits complets sont réalisés dans un cadre réglementaire, soit à la demande expresse des SDIS, soit dans une logique de gestion « en bon père de famille ».

SPK Engineering, bureau d’étude spécialisé en sécurité incendie, dispose d’une expérience unique de la révision trentenaire sprinkler, avec de nombreuses références dans les établissements recevant du public, la logistique et l’industrie. Nous avons ainsi audité un parc d’installation constituant au total plus de 400 000 têtes de sprinkler.